fr
Accueil > Les ressources > Video, audio… > Podcast audio. Olivier de Schutter
 

Podcast audio. Olivier de Schutter

 

Avec : Olivier de Schutter, rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation à l’ONU.

Depuis sa nomination en 2008, ce juriste belge n’a cessé de parcourir la planète pour intervenir dans les enceintes internationales avec toujours cette même conviction sans cesse reformulée : des crises alimentaires sont encore à venir, rien n’a été résolu. Tandis que s’enchaînent les déclarations d’intention, du sommet de la FAO à celui de Copenhague, des sièges gouvernementaux à ceux des institutions internationales, les mêmes politiques se poursuivent, qui privilégient le commerce et l’exportation au détriment des petites agricultures vivrières, seules aptes à nourrir la planète et à endiguer l’épuisement des ressources.

Transcription :

(…) Je suis particulièrement inquiet d’un fait. Nous avons développé en Europe depuis les années 30 et dans le monde depuis les années 60 un type d’agriculture industriel extrêmement dépendant de l’énergie fossile. Le gaz pour la fabrication d’engrais, le pesticide qui dépend étroitement du pétrole et nous avons un type d’agriculture qui est fortement mécanisée avec toute cette dépendance vis-à-vis du pétrole. Que va-t-on faire pour réformer cette agriculture, lorsque cette dépendance vis-à-vis de l’énergie fossile sera devenue tout à fait intenable ; ce qui va renchérir le coût des denrées agricoles et qui va créer de véritables révolutions sociales. ?

C’est quelque chose qui concerne le long terme. Il est beaucoup plus facile de s’enfermer dans cette voie et de compenser la destruction des sols dont cette agriculture est responsable par des apports toujours plus importants d’engrais chimiques. L’INRA doit comme d’autres organismes de recherche alerter les gouvernements sur les conséquences de long terme des choix qu’ils font.

Le seul pays qui a vraiment fait une révolution dans cette direction d’une agriculture plus durable, c’est – pour des raisons dont il se serait bien passé - c’est Cuba qui en 90 - 91 a été privé de ses possibilités d’avoir accès à des engrais à bas prix qui lui étaient cédés à prix d’amis par l’URSS et qui a dû en très peu de temps opérer une transition vers une agriculture davantage durable, des parcelles plus petites, une mécanisation moins importante et une relocalisation de l’agriculture ; ce sont de plus petites communautés qui ont été responsables de cultiver les champs avec des techniques agro écologiques dont Cuba est une nation pionnière. Cette transition a été difficile à faire, elle a été un succès puisque si la production a chuté en 92 – 93, en 96 Cuba avait une production agricole supérieure à ses niveaux de la fin des années 80. Donc on peut le faire mais il vaut mieux le faire dans des conditions qui se préparent que d’attendre un choc comme celui que Cuba a connu

Ruth Stégassy : On retiendra M. Schutter que c’est possible ….. un exemple qui peut être répété et même assez rapidement. Quelque chose à méditer et qui nous donne un certain allant pour la suite.


Emission Terre à Terre du 6 février 2010
 
 
Forum : 1 message (Pour répondre et intervenir sur les forums, inscrivez-vous via le lien dans la colonne de gauche)
 

Articles de cette rubrique

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Grez en Transition Dernière modification 18 novembre 2017 Plan du site